logo ac-martinique ecole de la confiance

Toute l'actualité

Partager cette page

FAQ : la réforme du lycée et le bac 2021
Actualités académiques

Enseignements de spécialité


Comment s'est opérée la répartition des enseignements de spécialité dans les réseaux d'établissements ?


Au niveau académique, le projet de carte des enseignements de spécialité a été conçu pour que chaque lycéen connaisse l'offre de formation de son établissement scolaire. Fruit d'un travail commun, ce projet a été préparé dès le mois de septembre dans un dialogue entre le rectorat et chaque établissement. Des réunions en bassins de formation se sont tenues afin de parvenir à une définition harmonieuse et pertinente de la carte des spécialités.

L'offre académique des enseignements de spécialité de la voie générale est construite à partir des propositions émanant des lycées : les spécialités les plus courantes seront implantées partout, dans presque tous les établissements ou dans une logique de complémentarité dans des lycées très proches. Ces enseignements de spécialité seront dispensés en réponse à une demande et si les effectifs le permettent. Leur implantation permettra d'enrichir l'offre éducative des lycées qui ne proposaient pas jusque-là les trois séries L, ES et S. En effet, aujourd'hui, 16% des lycées publics n'offrent pas ces séries, les élèves en étant les premiers impactés.

Six réseaux ont été définis : quatre réseaux composés de 3 lycées (+1)*, un réseau de 2 lycées et un réseau de lycées privés ont été constitués sur la base de la proximité géographique et en tenant compte des enjeux territoriaux.
Réseau Sud : J Zobel, Centre sud, Montgérald ;
Réseau Centre-Est : La Jetée, Acajou1, Acajou 2 ; lycée agricole de Croix-Rivail*
Réseau Foyal : J Gaillard, Bellevue, Victor Schoelcher ;
Réseau Caraïbes : Nord caraïbe, Victor Anicet ;
Réseau Nord-Atlantique : Nord atlantique, Pernock, Fanon ;
Réseau des lycées privés : les 5 lycées privés de l'académie.


En tenant compte des effectifs prévisibles, des ressources humaines et de l'existant, chaque réseau bénéficie du maximum d'enseignements de spécialité. Il y a donc un enrichissement de l'offre pour les élèves par rapport au système actuel de séries.


Comment est organisé le choix des enseignements de spécialité pour les élèves ?


Pour les aider à choisir leurs enseignements de spécialité, les élèves de 2de sont bien accompagnés par les équipes éducatives, surtout les professeurs et les psychologues de l'Education nationale. Dès le deuxième trimestre de l'année de 2de, l'élève et sa famille formulent des intentions d'orientation (en voie générale ou dans une série de la voie technologique) sur la « fiche dialogue » qui est le support des échanges avec le conseil de classe. Ils bénéficient de 54 heures dédiées à l'orientation.


Pour la voie générale, ils seront invités à mentionner 4 enseignements de spécialité parmi ceux proposés dans le réseau, dont 2 parmi ceux proposés dans l'établissement. Un 5ème vœu est possible au cas où il y aurait dans les souhaits un enseignement de spécialité qui n'est pas présent dans le réseau du lycée de l'élève.


Les souhaits mentionnés sur la « fiche dialogue » font l'objet de recommandations du conseil de classe du deuxième trimestre. Tout au long du troisième trimestre, le dialogue entre les familles et l'équipe éducative sur le projet et les compétences de l'élève vise à affiner le choix de 3 enseignements de spécialité qui sera fait par la famille au dernier trimestre de la classe de 2de, après avis du conseil de classe. Pour toutes ces raisons et pour faire les bons choix de spécialités ou séries, la qualité du dialogue avec les équipes de l'établissement depuis le début de la 2de est essentielle !


Pour aider les élèves à choisir leurs enseignements de spécialité, l'Onisep met à disposition des élèves de seconde l'application Horizons2021.fr , qui permet de tester les combinaisons d'enseignements de spécialité et les domaines de formation et de métiers sur lesquels ces enseignements peuvent déboucher.


Quel est le nombre d'élèves requis pour ouvrir une spécialité ?


La moyenne nationale est établie à 30 élèves. Pour l'académie de Martinique, le recteur a souhaité que le seuil d'ouverture soit abaissé autour de 20 élèves pour ouvrir une spécialité.

Certaines spécialités sont peu demandées par rapport à d'autres, comment réussir à les équilibrer entre elles ?
Les élèves orientés en 1ère générale seront répartis dans les différentes spécialités selon leurs vœux, leurs résultats et l'offre de la carte établie par le rectorat pour chaque lycée.

Qu'en est-il des options initialement proposées dans les établissements ?


À la rentrée 2019, le choix et le financement des enseignements optionnels seront établis par chaque établissement en toute autonomie. Le conseil pédagogique donnera un avis et la décision sera prise en conseil d'administration.

Pourquoi l'enseignement des mathématiques a disparu des enseignements fondamentaux proposés dans le tronc commun ?

L'enseignement des mathématiques fait partie des enseignements communs de toutes les séries technologiques, avec un contenu similaire également.


Pour la voie générale, l'enseignement des mathématiques n'a pas disparu du tronc commun : il fait partie de l'« enseignement scientifique » proposé en Première et Terminale. L'enseignement scientifique » est commun à tous les élèves de la voie générale, quelles que soient leurs enseignements de spécialité. Cet enseignement permettra de transmettre les principaux concepts scientifiques qui sont essentiels pour comprendre et agir au XXIe siècle.


Il sera également l'occasion d'appréhender dans une perspective scientifique les grands enjeux de notre temps, par exemple la transition numérique, la transition écologique, bioéthique ou encore l'intelligence artificielle. Le contenu de cet enseignement sera précisé dans les nouveaux programmes de la classe de 1re.


Les élèves ayant choisi l'enseignement de spécialité « mathématiques » en terminale (6h/semaine) auront la possibilité de suivre l'enseignement optionnel « mathématiques expertes » (3h/semaine), s'ils envisagent des classes préparatoires ou des études de mathématiques à l'Université. Ces élèves bénéficieront donc de 9h de mathématiques chaque semaine en terminale (+1h/semaine par rapport aux actuels élèves de S, spécialité mathématiques).


L'enseignement optionnel « mathématiques complémentaires » (3h/semaine) sera proposé à tous les élèves n'ayant pas choisi « mathématiques » comme enseignement de spécialité en terminale, et s'adresse en priorité aux élèves qui avaient choisi la spécialité « mathématiques » en 1re.

L'enseignement du créole va-t-il être supprimé ?


Non. L'enseignement du créole fait partie de l'enseignement de spécialité « Langues, littérature et cultures étrangères et régionales ». Le créole peut également être un enseignement optionnel en 2nde, Première et Terminale.

Pourquoi l'enseignement de l'Éducation physique et sportive ne figure-t-il pas en tant que spécialité ?


L'enseignement de l'Education physique et sportive, dont le poids au baccalauréat reste identique, fait partie des enseignements du tronc commun des séries technologiques et de la voie générale.

Quelle est l'organisation prévue pour les spécialités non pourvues dans le réseau ?


Des ressources numériques pourront être utilisées (CNED, capsules-vidéos, etc.). Exceptionnellement et après avis d'une commission académique rendu sur demande motivée et justifiée de l'élève, ce dernier pourra changer d'établissement scolaire afin de suivre l'enseignement de spécialité non pourvu dans son réseau.

Comment assurer une égalité d'enseignement si l'offre de formation n'est pas la même partout ?


À l'heure actuelle, l'offre de formation n'est pas la même sur tout le territoire : cela est dû essentiellement aux effectifs d'élèves qui diffèrent d'un établissement à l'autre. Avec cette réforme, la situation s'améliore : l'existant est maintenu et l'offre étoffée grâce à la mise en place des réseaux de lycées.

Cette réforme du lycée est-elle un moyen déguisé de supprimer des postes d'enseignants ?


La réforme du lycée général et technologique n'a pas généré de suppressions de postes. En revanche, dans l'académie de Martinique, 2 Emplois Temps Complet ont été créés dans ce cadre.

Logistique


Qui prendra en charge le coût du transport engendré par le déplacement des élèves ?


Une réflexion est menée actuellement avec la Collectivité Territoriale de Martinique pour l'organisation du transport scolaire dans le cadre de la réforme du lycée. Cependant, cette organisation se précisera lorsqu'une estimation du nombre d'élèves concernés sera connue. Le principe est que le transport engendré par les déplacements d'élèves dans le réseau entre dans le cadre du transport scolaire, financé à ce titre.

Quel uniforme les élèves devront-ils porter s'ils ont opté pour un enseignement de spécialité dans un autre établissement ?


Les élèves qui se déplacent dans un autre établissement scolaire pour suivre un enseignement de spécialité garderont leur uniforme ou, s'ils n'en ont pas, auront un badge. Une convention sera signée entre les établissements du réseau et en précisera les modalités de fonctionnement. Les lycées d'un même réseau pourront décider d'un uniforme commun avec un badge identifiant leur établissement d'appartenance.

Comment les CPE vont-ils gérer l'afflux d'élèves provenant d'autres établissements scolaires ?


Les élèves provenant d'autres établissements scolaires seront sous l'autorité de l'équipe de direction du lycée d'accueil et seront identifiables par leur uniforme ou un badge.

Dans cette logique de réseau d'établissements et d'équilibre territorial, comment le recrutement des élèves de 3ème est-il mis en œuvre ? Qu'en est-il du recrutement par bassin ?
Il s'agit d'un recrutement par établissement établi selon la carte scolaire, qui reste identique.


Le baccalauréat


Quel dispositif est prévu pour les élèves qui échouent au bac pendant la période de transition liée à la mise en œuvre de la réforme du Bac 2021 ?


Selon les textes officiels sur la réforme du bac et du lycée général et technologique, il est prévu que ces élèves bénéficieront de dispositions transitoires, qui seront définies début 2019. Les élèves redoublants qui ont passé le bac dans son « ancienne version » repasseront l'examen à partir de 2021 dans sa nouvelle version, mais en bénéficiant de la conservation de certaines notes et/ou d'un aménagement du contrôle continu.


Quelle est la nouvelle épreuve orale terminale ?


Elle est préparée en Première et en Terminale et dure 20 minutes. L'épreuve orale terminale s'appuie sur un projet mené par l'élève depuis la classe de 1re en lien avec ses enseignements de spécialité. Ses professeurs d'enseignements de spécialité l'aideront à élaborer ce projet.


Comment se former à l'épreuve orale finale?


Dès la classe de 1re, avec ses enseignements de spécialité, chaque élève choisira un projet qu'il préparera sur 2 ans. Bien entendu, il sera accompagné par ses professeurs. En terminale, une fois les 2 épreuves écrites de spécialité passées à la rentrée des vacances de Pâques, les horaires de ces spécialités serviront, en partie, à préparer la présentation des élèves pour l'épreuve orale terminale. Dès la 2de, sur les horaires d'accompagnement personnalisé et dans le cadre des enseignements, l'expression orale sera travaillée. La préparation de l'épreuve anticipée de français en première complétera encore ce travail. Le dispositif EOL contribuera fortement à renforcer l'aisance orale et la structuration de l'expression orale des élèves.

Quel est l'intérêt d'une épreuve orale finale ?


L'intérêt, c'est d'apprendre à s'exprimer dans un français adapté et précis, être capable de porter une idée et d'argumenter pour la défendre. Ce sont des compétences indispensables dans la vie personnelle et professionnelle.


Dans l'académie de Martinique, le dispositif expérimental Expression Orale Libre (EOL) permet aux élèves du CP à la Terminale de s'exprimer quotidiennement en début de classe sur un sujet choisi par lui-même. L'enseignant l'amène ensuite à préciser, à mieux argumenter sans jamais aborder le fond du thème choisi par l'élève. Outre l'acquis de l'expression orale, la structuration d'un « propos » bref, le goût de la discussion, l'exercice a notamment pour objectif de renforcer l''estime de soi, la capacité de synthèse et l'esprit critique.

Études supérieures


Les bacheliers des territoires d'outre-mer sont-ils désavantagés par la réforme, notamment pour la poursuite d'études dans l'hexagone ?
Non. Pour chaque territoire, de métropole ou d'outre-mer, les élèves sont prioritaires dans les formations proposées dans leur académie. De plus, les élèves issus des territoires d'outre-mer bénéficient d'une attention particulière si la formation désirée n'existe pas sur leur territoire.

Le choix des spécialités peut-il être un frein à la réussite dans l'enseignement supérieur ?


Non, les attendus de l'enseignement supérieur qui sont affichés sur Parcoursup indiquent les compétences et connaissances nécessaires pour réussir ses études supérieures dans telle ou telle formation. Ils permettent au lycéen de terminale qui doit formuler des vœux sur Parcoursup de connaître tous les éléments qui favorisent sa réussite dans la formation qu'il vise et l'accompagnent dans la construction d'un parcours cohérent au regard de son projet personnel et professionnel.

Une formation de l'enseignement supérieur ne peut pas exiger un enseignement de spécialité en particulier ou exclure l'examen du dossier d'un lycéen qui aurait choisi tel ou tel enseignement de spécialité.


Par ailleurs, une « Charte pour une orientation progressive et accompagnée au service de la liberté de choix et de la réussite des lycéens » a été signée par le ministre de l'Education nationale et de la jeunesse, la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, la Conférence des présidents d'université, la Conférence des grandes écoles, la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs et l'Association des Proviseurs de lycées à classes préparatoires aux grandes écoles. L'article 2 de cette Charte précise : « Les signataires s'engagent à favoriser la construction progressive de parcours choisis au lycée et à promouvoir la diversité des parcours scolaires, le décloisonnement des disciplines et l'égale valeur des enseignements de spécialité et des filières d'enseignement (...) ».


Quelle est la pertinence des enseignements fondamentaux dans la poursuite d'études supérieures ?


Ces enseignements garantissent à tous l'acquisition des savoirs fondamentaux et d'une culture humaniste et scientifique indispensables pour faire face aux enjeux de l'avenir et répondre aux emplois de demain. Ils préparent chaque élève aux exigences de l'enseignement supérieur et du monde professionnel. De plus, en instituant avec un même volume horaire un enseignement fondamental commun à l'ensemble des lycéens tant pour la voie générale que technologique, la réforme réintroduit une égalité entre eux, perdue depuis bien trop longtemps. Ce faisant, elle rétablit l'âme même de l'éducation républicaine qui rime avec égalité et ascenseur social, réclamés à juste titre par les familles.

Partager cette page